Atout coeur

25062015
 Beaucoup d’amour et plus d’espoir
Jai dans mon coeur aucun point noir
Je suis toujours, je suis encore
Pour toute la vie jusqu’à la mort
Dans le terreau d’une belle nation
Où la censure n’a pas son nom.
Pas de rancune, pas de remords
Toutes mes idées valent mieux que l’or.
Je suis petite mais je suis toi
Fille de l’état, soldat du roi.
Ma liberté, je l’ai conquise
En me dressant, qu’on se le dise.
Et dans le trouble et dans le sang
J’y ai perdu mes cinquante ans.
Mais les couleurs de mon drapeau
Sentent le muguet, l’esprit français.
Le sang versé à coloré
Les fleurs des champs et les oiseaux
La haine des autres, l’amour des uns.
Entre mes mains, ma plume écrit
Je suis charlie
Manuelle Bert J 2015



Printemps des poètes 2015

25062015

Chers amis et amies. Je vous présente l’affiche de mon exposition de mars

2015 dont le thème était l’insurrection poétique. J’ai passé une semaine formidable, entourée de personnalités très sympathiques. Jai adoré converser avec monsieur x qui me fait d’ailleurs penser à Victor Hugo et dont le sourire plaisant et amical m’a fait fort impression. Aussi, je suis très heureuse de vous faire partager mon plaisir. Un plaisir simple, fort et généreux. Surtout n’hésitez pas à laisser vos commentaires sur tout ce que vous lisez de moi. En bien ou en mal, je vous lirez toujours avec sympathie et sans jugement; Après tout, nous sommes encore en démocratie. Enfin, encore un peu.
 J’ai oublié de me présenter. Il en est temps maintenant. Je m’appelle manuelle et je suis une passionnée. J’adore le soleil mais j’apprécie la pluie, le vent, le froid quand je suis en campagne. Tout devient plus vrai, plus juste, plus noble et plus serein. Quand la nature m’entoure et me pénètre, la nostalgie s’empare de moi avec cette envie de me fondre dans cet espace pour mieux l’expliquer et sans doute pour mieux l’interpréter. Quand je ressens fortement ce qui m’entoure et que les sentiments ne passent pas par les mots, je les peins ou je les écris. L’art en général tient une place très importante dans ma vie. Je m’endors et me lève très souvent avec une pensée artistique. Cela influx certainement ma vision de la vie et celle de ma propre existence. Je pense être exigeante envers moi même et perfectionniste mais indulgente envers les autres. Voilà le mini portrait de ma personnalité. Si vous souhaitez en savoir plus posez moi vos questions. Et bien voilà. c’ est terminé pour aujourd’hui. Je vous embrasse tous et à bientôt chers amis et amies. 19 mars 2015.
Printemps des poètes 2015
 Printemps des poètes 2015 dans Poésies 20120803_093902(1)(1)(1)(1)(1)(1)(1)(1)(1)(1)(1)
20120803_095215(1)(1)(1)(1)(1)(1)(1) dans Poésies
20120803_093326(1)(1)(1)(1)(1)(1)(1)



Révélation

25062015

Je suis femme du dessus,

Je suis femme de la rue.
Je suis femme du couchant
Du levant et d’ailleurs.
Je suis femme dans le temps,
A chaque heure, dans mon cœur.
Je m’échappe sans l’erreur
Du commun des menteurs.
Je m’élève en pudeur,
Révélant ma grandeur.
Je me fiche des tricheurs,
Je souris aux rancœurs.
Je suis femme avant tout,
Et surtout devant vous.
Manuelle Bert



te souviens tu?

25062015

J ‘adorais ton sourire, je pouvais tout lui dire.

 Tant de peines l’ont fait fuir, puis je l’ai vu mourir.
 Que pourrais je lui offrir pour le voir refleurir?
De l’eau pour le bénir? Une âme pour le guérir?
Il te faut enterrer ce qui te fait souffrir,
Et te dire que la paix bien souvent peut suffire
A nourrir la beauté comme la grâce d’un sourire
Qui se sent reverdir à l’idée de s’ouvrir.
                                Manuelle Bert



La petite Anne

25062015
Seule dans son coin, Anne rêvait
D’amour, d’espoir, de liberté.
Ses souvenirs inachevés
S’imprimaient dans un vieux carnet.
Pour ne pas être dévorée
Par des loups noirs trop affamés,
Anne se cachait dans un grenier,
Où elle couchait toutes ses pensées.
Les pages tournées, le temps aussi.
Puis vînt l’orage, puis le sursis.
Au loin la peur, la mort grondaient
Sans que personne puisse l’arrêter.
Les loups flairaient, l’air s’inquiétait,
Une porte s’ouvrit sur le grenier.
Les prédateurs volèrent sa vie.
Mais sa mémoire s’en est sortie.
Ils oublièrent dans la poussière
Son vieux journal posé à terre.
Tout le courage de son récit
A le mérite d’être aujourd’hui
Un témoignage qui assouplit
Beaucoup de coeurs trop endurcis
                     Manuelle Bert 2013



Bonne question

25062015

Si nous parlions d’amour

Dans sa forme, ses contours
Quel serait ton discours?
Souviens toi de ces jours
où tu me fis la cour
Dans les rues de Paris
Dans la soie, le velours
Puis au parc à midi
Dans mes rêves à minuit
Tout au long de ma vie.
Serait ce si ennuyeux
D être encore amoureux
Quand on a passé l’âge
Où refermer la page?
Si nous faisions l’amour?
Quand dis tu mon amour?
                Manuelle Bert                 



Equité

25062015
C est en parlant avec justesse
Que la justice sans artifice
Sort de la tombe, fait des prouesses
Questionne les âmes avec adresse
Manuelle Bert j 2015



Albert, l’innocence aux yeux bleus

25062015

Petit Albert écrivit ce Poème à sa mère qui le battait souvent… et fort.

Si le temps me conduit
Au-delà de la vie
Je serais troubadour
Je ne chanterais que l’amour.
Si la mort me disperse
Dans les cendres et l’averse
Je souhaite que les mots
Ensevelissent mon fardeau.
J’emmènerais avec moi
Les oiseaux de la terre.
J’inviterais les sous-bois
Les aurores, les primevères
Pour orchestrer la paix,
Le silence de l’après.
Je voudrais pleins d’amis
Des abeilles, des fourmis
Des mouches, des araignées
Des fruits dans mon panier
Une plume, un cahier
Un grenier de pensées
Une clé pour mes secrets
Et des ailes pour voler.
J’emmènerais avec moi
Tout cela mais pas toi.
(Pour mon meilleur ami) Manuelle Bert 2014



Interlude

25062015
Je ne serai jamais lassée
De cet enfant emmitouflé,
Par cette envie de t’épouser,
Qui passe en moi comme une dragée.
Je vois ton cœur et mes poumons,
Un linge si blond, deux cœurs si longs,
Et entre nous cet enfant né,
Qui nous aurait ensemencés.
Il serait fort comme une aorte
Où passe la vie de porte en porte.
Il n’est pas là, je l’ai rêvé,
A un moment où condamnée,
Mon ventre rond de l’intérieur
Sous un désir d’apesanteur,
A ressenti un tout petit
Un être en moi venu de lui.
Manuelle Bert 2004



Automne 2014

25062015

Arrière, arrière-saison

Aïeule de tant d’étés
Je n’ai pas de frissons
A te voir cette année.
Ton ciel bleu engagé
Comme un cœur amoureux
A détrôné l’été
Dans la grâce d’un dieu.
Ta douceur tranquillement
Nous annonce que l’automne
Dans un silence d’enfant
Qui parfois nous étonne,
Couvre d’or l’atmosphère
Dans de pieuses lumières.
Et le gras de la terre
Sous des brumes envoûtantes
Laisse mourir les poussières
D’une saison enivrante.
C’est ainsi que l’on t’aime
C’est ainsi que l’on sème
L’avenir de nos vies
Sur des sols endormis.
Manuelle Bert 2014






Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Espriterrant
| Nuage de textes
| MelonMan