Le dictionnaire

25 06 2015

Je soussigné, certifie que plus rien ici,

Se conjugue, se distingue, s’étire à l’infini.
Quand l’orage, ce carnage deviendra un présage,
Je présenterai à Dieu le silence du bel âge.
Mais le temps soulignant des aveux crapuleux
Me déchirent dans ma peine quand mes yeux sont frileux.
Tout est beau, tout est laid, il me faut refermer
Le dictionnaire d’une vie à défaut d’être aimée.
Aujourd’hui comme hier, je repose sur cette terre,
Sans éloge, ni personne pour penser dans ma chair.
Je voudrais retrouver ce papier sur lequel
Un prénom s’est inscrit, celui de manuelle.
Y poser une virgule puis voler dans les airs,
La lumière d’une étoile pour ne plus être en serre.
L’avenir incertain a perdu toute mesure,
Ecorchant de ses dents le couloir de mes murs.
Un peu d’eau et de sel pour pleurer mon chagrin,
De blé noir pour pétrir le refrain de demain.
Quand la peine vient meurtrir avant l’heure le pardon,
On oublie de cueillir la beauté d’une moisson.
Tout espoir s’est enfuit, oubliant d’exciser
La douleur sur laquelle mon corps fut déposé.
Je n’ai plus de bateau pour gagner le rivage,
C’est pourquoi je ressens tout l’horreur du naufrage.
Manuelle Bert 2004

Actions

Informations



Laisser un commentaire




Adopte Une Charlotte Du Swag |
Thebookslover |
Jipsie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Espriterrant
| Nuage de textes
| MelonMan